Construction d'un mur médiéval

Principes généraux :
  • La base d'un mur médiéval repose sur le rocher ou sur un lit de grosses pierres liées au mortier de chaux* appelé fondation.
  • Les moellons (pierres dures à peine équarries) sont posés par rangées horizontales appelées "assises".
  • Les joints (au mortier de chaux*) ne doivent pas être alignés verticalement : les moellons sont donc posés en quinconce.
  • Les moellons dont les faces seront vues forment le parement. Entre les deux parements, le "blocage" est formé de pierres sans forme et de mortier.
  • Evidemment un mur doit être vertical, mais il peut avoir "un fruit" à sa base (quelques assises de pierres inclinées) pour lui apporter une meilleure tenue.

Explications en images :

Les fondations :

On distingue très nettement sur la face du mur les grosses pierres qui forment la fondation et les assises horizontales.
Sur la partie supérieure, on voit le blocage entre les deux parements.

Le parement :

Ici, le parement est fait de moellons relativement hauts (une quinzaine de cm).  La hauteur des moellons peut varier d'une assise à l'autre; les assises les plus hautes sont de préférence placées à la base du mur.
On remarque que les joints sont alternés.

Au Moyen-Age, comme dans l'Antiquité, on utilisait parfois la méthode de l'"OPUS SPICATUM".
Les pierres, plus fines, sont posées en biais et en épi.

Au château de Thouzon, cette technique a été utilisée par endroits et côtoie les moellons assisés sur un même mur.
Rien à voir avec l'esthétique ! On mettait en oeuvre cette technique parce qu'elle permettait d'utiliser la roche calcaire locale qui se fragmente en fines pierres, trop fragiles pour être posées à plat.

Parement et blocage :

Quand une assise de pierres de parement est montée de chaque côté du mur, on s'occupe du blocage (remplissage). Il s'agit de remplir de mortier et de "vilaines" pierres pour bloquer l'ensemble, avant de passer aux assises suivantes.

* Le mortier de chaux :

On n'utilise absolument JAMAIS de ciment dans un monument médiéval, seulement de la chaux naturelle.
Pour notre mortier, le dosage adopté est :
  • eau
  • 1,5 sac de chaux blanche (chaux hydraulique naturelle)
  • 13 seaux de sable gris
  • 2 seaux de sable jaune
  • 2 seaux de gravier roulé 6/16
Le sable jaune permet de retrouver la couleur du mortier observé dans les murs médiévaux et le gravier permet de retrouver la même texture.

Un mur restauré

Une restauration réussie ne permet plus de distinguer la partie médiévale de la partie reconstruite.